90 / 91 / 92 / 94 / 95 / 96 / 97 / 98 / 03 / 04 / 05 / 06 / 07 / 08 / 09 / 10 / 11 / 12 / 13 / 14 /15

26/12/08

Camp de Noël dans les Pyrénéés Orientales

Nous avons rendez vous à la gare de Grasse à 14h30 avec Lionel et Julien. Une fois toutes les affaires embarquées, nous nous mettons en route. Arrivés vers Montpellier, nous écoutons la radio et apprenons que la neige tombe en abondance sur toutes les Pyrénées Orientales. Nous arrivons enfin à Perpignan qui est recouvert d’une épaisse couche de neige. Nous retrouvons Laurent à Toulouges chez ses parents. Nous dinons et repartons vers Thues-entre-Valls où se trouve notre gîte. La neige continue de tomber par gros flocons. A quelques kilomètres de Prades, un barrage de gendarmes, nous contraint de faire demi-tour : nous dormons donc ce soir, chez les parents à Laurent.
Le Samedi, nous arrivons enfin à Prades où nous rejoignons Thomas. Le temps que d’autres membres du groupe arrivent, nous apprenons que la route vers Fon Romeu est enfin ouverte, nous partons pour Olette.
Lorsque nous arrivons enfin à Thues, on nous informe qu’il nous faut marcher 45 mn dans la neige pour atteindre notre gite. Nous appelons le propriétaire pour lui dire qu’à cause des conditions d’enneigements nous ne viendrons pas. Très sympa, il renverra le chèque d’acompte par la poste. Nous venons squatter dans le gite de l’Afegc. En chemin, Laurent nous montre les bains sauvages , pas de mot pour décrire l'ambiance : une vidéo suffira !

Dimanche : réseau des Canalettes

Nous allons jusqu'aux Aragonites.

Lundi : Engorner

Thomas est passé la veille pour récupérer la clé mais celle-ci a déja été prêté à un autre groupe, nous avons donc rendez vous avec eux, le matin à 10h.

Le but est bien sur d'aller voir les aragonites. La progression se fait sans histoire sauf dans la salle rouge où dans les blocs, nous faisons un tour sur nous même sans nous en rendre compte. Le passage de la baillonette se fait sans trop d'histoire sauf pour Stéphane qui est hors gabarit, il nous attend à la pate d'oie pendant que nous continuons vers le fond. Pour accéder aux aragonites, il faut un peu se mouiller : tout se mérite. Pour le retour, nous faisons deux équipes, la plus rapide et l'autre plus tranquille. Nous faisons des photos pendant que Thomas prend un peu d'avance. En essayant de le rattraper, nous allons trop vite et visitons sans le vouloir un réseau adjacent. C'est pratiquement en courant que nous essayons de le rattraper mais impossible. Une fois sortis, nous avons un sérieux doute... Thomas est il bien sorti lui aussi ?. Pierre et les autres vont rapidement aux voitures pour s'assurer de la présence de notre précieux ami. Le temps que je ferme la porte de la cavité derrière moi, je vois toute l'équipe revenir, et oui, Thomas est encore dans la grotte. Nous partons tous à sa recherche. Nous le retrouvons en moins d'une heure. Il s'était lui aussi égaré, mais grace à son expérience, sa boussole et sa topo, il cheminait tranquillement vers la sortie.

Mardi : Fontrabiouse

belle rivière souterraine, et très facile d'accés puisqu'il suffit de descendre un P7.


20/12/08

canyon de St arnoux 1 et 2 , dans la vallée du loup


07/12/08

sortie vélo dans le 83

Nous arrivons à Fréjus à 8h30. La température est bien fraîche, le temps de bien nous couvrir et nous voilà partis. Nous empruntons la route de l'étang pour rejoindre Roquebrune sur Argens, le revêtement de cette route est plus défoncée qu'un piste africaine. Enfin, nous allons nous réchauffer : nous attaquons la première montée par la route forestière vers le col de val Dingarde (392m) Notre progression continue en gardant à peu près la même altitude jusqu'au col de Peigros.

La descente bien raide vers le col de Gratte loup requière toute notre concentration. Le soleil et la température commencent à s'élever, heureusement car les descentes sont bien frigorifiantes. Au plan de la tour, nous attaquons notre deuxième obstacle. La montée se fait tout au soleil, sous une température bien appreciable. Arrivée au col de Vignon (352m), nous sommes déçus de voir que le panneau du col a disparu et que nous ne pourrons pas immortaliser ce moment !

Nous descendons rapidement vers la Garde Freinet puis sur Gonfaron où nous attend le troisième obstacle. Olivier a mal au genou et pédale pratiquement d'une seule jambe, le mauvais état du revêtement de la route forestière ne lui facilitant pas la tâche : sa vitesse d'ascension en prend un sérieux coup. Nous faisons une petite pause déjeuner près de Notre Dame des Anges : au col des Fourches (535m)

Nous continuons par une belle descente de 9km très sinueuse, heureusement l'état de la route est meilleure que pour la montée. Nous arrivons au fond du vallon où à cause de l'heure avancée, le soleil ne penetre plus. C'est totalement à l'ombre que nous gravissons notre dernière difficulté : le col de Taillude.

Nous descendons maintenant sous le soleil vers la baie de St Tropez où la température est nettement plus clémente que dans l'interieur du pays. Arrivée à Grimaud, il nous reste plus qu'une trentaine de kilomètres de plat. Nous arrivons enfin à Frèjus juste avant la nuit.


03/12/08

sortie spéléo avec Laurent à l'aven du col de Cavillore. visite sans problème jusqu'au fond. A noter que de nombreux spits sont hors d'usage et ceux qui restent ne sont pas bien terribles.

tpst : 3h

 


29/11/08

sortie spéléo au cappuccino avec Cathy, Jo et Pascal ainsi que leurs amis italiens : une bonne quinzaine, c'était l'embouteillage dans les puits.


23/11/08

rassemblement vélo-couchés à St Tropez


18/10/08

Sortie spéléo dans l'aven du petit St Cassien (83) avec Laurent, Lionel et Rémy.

J'équipe jusqu'au P20 à la sortie du premier méandre, Laurent prend le relais. Nous entrons dans le second méandre : j'avais oublié combien il est aquatique et chiant avec un gros kit blindé de corde de 10,5 mn mouillée. A la sortie de celui ci, toujours aucun signe de Lionel et Rémy : je propose à Laurent de continuer à équiper et d'aller jusqu'au siphon où nous faisons une courte pause bouffe. Laurent remonte en premier car je me suis proposé pour le déséquipement. Nous rejoignons nos deux compéres sur le palier du P28. La remontée se fait sans histoire sauf pour Rémy qui accuse un sérieux coup de fatigue. Il est 22h lorsque je pointe mon nez dehors.

tpst : 10h

Topo

histoire :

c'est 3 nains qui vont à la mine. ils coupent par la foret parce que c'est plus court. le premier prend la pelle, le deuxieme prend la pioche, le troisième prend : ????


27/09/08

Le scialet de la Bourrasque (38)

Avec Laurent nous partons le vendredi soir et dormons chez Julien, l'ami de Laurent qui habite à Villars de Lans. Il est 7h30 lorsque nous retrouvons Martin et Pascal, bonne nouvelle, comme ils ont la clé pour ouvrir la barrière, nous montons en voiture jusqu'au sommet ce qui nous économise plus d'une heure de marche. Une fois sur le clos d'Aspres, nous réalisons combien il aurait été difficile de trouver l'entrée sans nos amis du SGCAF. Nous descendons tranquillement jusqu'à la base des puits. Nous progressons dans une ambiance canyon au niveau des cascades du fond. Nous rejoignons nos amis qui commencent à topographier la remontée qui a permis de jonctioner avec la rivière du ménisque (scialet du Bizzard. Arrivée dans la rivière, Martin et Pascal finissent le bout de topo qui manque et partent faire de la première. Pendant ce temps je vais jusqu'au siphon aval, ensuite j'explore la galerie jusqu'au siphon amont : la remontée de quelques ressaut dont le débit est important m'oblige à me tremper jusqu'au torse. Laurent qui avait refusé de se mouiller et attend bien au sec, je le retrouve transis de froid car il n'a pas de couverture de survie, le temps de déplier la mienne, et nous voila bien au chaud : merci l'éclairage au carbure. Comme nos deux amis tardent à revenir, nous leur laissons un mot écrit dans le sable avec un gros cairn puis nous entamons notre remontée pendant laquelle nous faisons quelques photos. Martin et Pascal nous rejoignent à la base des puits où nous faisons une petite pause pique-nique. de -100 jusqu'à la surface, il y a toutes une série de petits puits avec des sorties bien chiantes que je n'avais pas remarqué à la descente. Lorsque nous sortons le ciel est étoilé et la température clémente.


13/09/08

tour des gorges du Verdon en bent. 120km et 2800 m de dénivellé positif


07/09/08

Descente du canyon de Malvesse


30/08/08

sortie initiation et photo à l'aven obscure


23 et 24/08/08

congres international de spéléologie

Nous arrivons vendredi soir. Nous avions prévu de rentre à Minuit dans le gouffre Berger mais les grosses pluies de la nuit, nous font changer d'objectif. Le samedi matin , nous partons pour explorer le scialet du Tonnerre. Nous sommes dégouter lorsque nous nous apercevons qu'il n'est pas équipé jusqu'au fond. Nous essayons de récuperer quelques cordes, en supprimant des mains courantes et coupant ce qu'il y a en trop dans les 2 derniers puits mais sans succés : ils nous manquent encore 10m pour atteindre le fond du puits et en regardant la topo , nous voyons qu'il y a encore un P15. Bien dégoutés, nous entamons notre remontée.

Dimanche , nous allons au berger. Comme je travaille le lundi à 7h, et que je dois ramener Laurent. Nous faisons juste un petit tour jusqu'au couffinades (5h15 aller-retour). Les autres, bien chanceux iront jusqu'au fond.


16/08/08

cime de la bonette en vélo couché 120km


9 et 10/08/08

Canyon en Italie dans la vallée de Démonté ( Lombarde coté italien)

Rio Santa Anna di Vinadio

Rio Bandia


2 et 3/08/08

Traversée Les anciens-scialet du brudour

Nous démarrons la marche d'approche vers 11h. Le soleil chauffe bien fort. Nous trouvons facilement l'entrée du trou. Je rentre le premier vers 13h30 pour équiper le P48. Le trou est super bien équipé pour la traversée , de beaux amarrages sur broches permettent de tirer les rappels très facilement. Nous progressons assez lentement car quelques membres de l'équipe ont peu d'expérience. Le trou devient vraiment sympa lorsque nous arrivons dans la rivière (un bas de néoprène est necessaire pour les frileux , les plus endurants pourront s'en passer) . L'arrivée dans la salle de la cascade est vraiment belle. L'équipe commence vraiment à fatiguer, les filles en ont marre et ne pensent qu'à une chose : sortir, ce qui nous empéche Laurence et moi de visiter les grands volumes. Le passage clé est au plus bas , on se mouille jusqu'à la taille. Nous sortons vers 6h du matin, ignorant qu'il y a vait un chemin pour revenir aux voitures , nous avons pris la route et marché plus de 2km.


10/07/08

2 jours dans le mercantour. Vallon de Fontanable , bivouac au lac du basto et retour sur Castérino par le refuge de Valmasque et sa tarte aux myrtilles.


05/07/08

Descente du vallon de la Valette


28/06/08

Descente du vallon de Morghé et de la Maglia.

conditions d'eau idéales.


21/06/08

Descente du vallon de la Boléga

Après 2h de marche d'approche, nous rejoignons enfin le canyon. Je suis un peu déçu par le débit bien faible et qui fini par disparaitre complétement... Heureursement quelques centaines de mètres plus bas, une petite résurgence, nous remet le canyon en eau. Nous enchainons par la Bendola médiane et son surperbe encaissement, une beau débit rend la descente très interessante.


14/06/08

Descente du vallon de la Peira

Mon premier canyon après 3 mois d'arrêt (cause santé). Les conditions sont idéales.


22 au 24/03/08

Week-end spéléo dans le Lot

Vendredi
Philippe passe me chercher à la gare d’Aix en provence TGV à 18h20. Le temps de charger la voiture, nous voilà en route pour le lot. Nous prenons l’autoroute tout le long, et arrivons vers minuit.
Samedi
La météo est mauvaise, nous décidons d’aller dans l’igue de Goudou (autorisation nécessaire) Au niveau marche d’approche :1minute. Nous descendons rapidement quelques puits qui sont tous brochés. Je fais quelques photos dans la galerie martel. Nous enchaînons vers le fond. Je ressors mon appareil et là : impossible de le mettre en marche ! Changements de piles, rien n’y fait. Ce sera la fin des photos pour le week-end. Nous allons nous balader dans la galerie fossile qui est vraiment superbes avec ces belles conduites forcées. Nous allons jusqu’à la galerie des tuiles. Au retour, la progression est ralentit car Yves s’est blessé (rien de grave : une mauvaise plaie au tibia suite à un coup sur un bloc) Maintenant à nous la rivière, soit disant ça se fait sans néopréne : moi je dis qu’avec la combinaison, on prend plus le temps d’apprécier les lieux (on se mouille allégrement jusqu’au torse) Nous allons donc jusqu’au siphon aval avec Fred.. La progression est très rapide pour ne pas nous refroidir, nous revenons à la même vitesse à l’embarcadère (zone des puits) pour enchaîner sur le siphon amont. Les quelques puits à remonter ne suffisent pas à me réchauffer. A l’extérieur, la température est de 2°, idéale pour la saison… nous ne nous attardons pas pour nous changer.
Dimanche
Nous allons d’un moral décidé au parking d’accès du saut de la pucelle. Grosse déception pour Fred et moi, il semble y avoir vraiment beaucoup d’eau (100 l/s) Après une bonne discussion nous décidons d’aller faire l’igue de Lacarrière (autorisation nécessaire, heureusement Thomas à tous les numéros de téléphone sur lui, en un coup de fil : c’est réglé) Sur le chemin pour s’y rendre, nous allons voir le porche du réveillon (très joli, à ne pas louper) Nous revenons au gîte pour déjeuner et c’est vers 14h que nous allons chercher la clé chez le proprio. Le trou s’ouvre au milieu d’un champ à 30 mètres de la route. Ce trou est lui aussi broché et en plus équipé, nous laissons donc les kits de cordes en bas du premier puit, nous prenons celui du canot et de la bouffe. Cette série de puits est inintéressante : on se croirait dans le 06 : étroits et boueux. Le début de la progression horizontale est très bas de plafond mais rapidement, nous rejoignons un petit méandre actif, où la progression s’avère facile jusqu’à la rivière noire. Nous allons vers l’aval, et là ! Faut encore se mouiller. Nous rebroussons chemin et allons vers l’amont. Nous nous arrêtons au bord d’un grand bief. Nous gonflons le canot. Pendant que nous mangeons sur une belle plage, l’un de nous explore le bief en canot jusqu’à une voûte mouillante très très basse (20cm d’air) La pause repas terminée, nous attaquons la remontée. Au passage, nous nous baladons dans un petit affluent qui vaut vraiment le détour. Nous sortons vers 21h.
Lundi
Lavage du matos et départ juste après déjeuner pour que je puisse prendre le tgv à Aix à 20h15


15/03/08

La traversée Moustiques-Nevadenrehlac


07/03/08

Nous profitons que l'aven Abbé soit équipé, pour aller faire quelques photos. Pour Bernard et moi, c'est une sorte de pélérinage que de revenir sur ce lieu. Nous sommes un peu déçu de constater que le gouffre n'est équipé que jusqu'à -220m. Nous restons sur notre faim mais ramenons quelques belles photos en compensation.


07 au 23/02/08

La Thailande


18/01/08

descente du canyon du rio sec


12/01/08

Avec Sylvain , nous décidons de descendre la cascade du tunnel. Mais à 13h30, la pluie tombe toujours, et aucune amélioration à l'horizon. Ne connaissant pas l'état des amarrages et l'heure tardive : nous prenons le décision de renoncer.
je pense que demain , les conditions seront optimales pour descendre.

Le saut du loup :


06/01/08

 Vue imprenable sur la cote d'Azur : le haut montet

coté Ouest

coté Est

90 / 91 / 92 / 94 / 95 / 96 / 97 / 98 / 03 / 04 / 05 / 06 / 07 / 08 / 09 / 10 / 11 / 12 / 13 / 14 /15