90 / 91 / 92 / 94 / 95 / 96 / 97 / 98 / 03 / 04 / 05 / 06 / 07 / 08 / 09 / 10 / 11 / 12 / 13 / 14 /15 / 16

24/05 au 28/05/2017

Mercredi 24 mai : départ vers 13 h. On arrive en fin d’après-midi, plus tard que prévu à cause des ralentissements sur les autoroutes. Apparemment, on n’est pas les seuls à partir à l’occasion de ce grand weekend.

Passage au secrétariat du rassemblement pour s’inscrire à la fois à l’évènement et aux sorties. On se renseigne auprès des organisateurs pour avoir une idée des trous équipés. On profite de notre arrivée précoce pour s’inscrire dès le lendemain à la visite de Fuilla Canalettes, ce qui s’avèrera être une sage décision.

Jeudi 25 mai :

réseau de Fuilla Canalettes ; participants : JLJ et JPS + 8 autres participants. Encadrement par 2 personnes de l’organisation.

On fait une traversée d’environ 2,5 km dans ce vaste réseau de 28 km. Nous y pénétrons par l’entrée touristique puis déambulons dans de belles galeries et salles richement concrétionnées. La sortie se fait par les Canalettes. Durant cette belle et facile promenade souterraine, nous faisons la connaissance de Gaël Dubouchet qui va nous accompagner pour le reste du séjour.

TPST : 3 h.

Après une rapide collation, nous prenons la route pour l’aven Perez.

Aven Perez ; participants : JLJ, JPS et Gaël Dubouchet (GD).

Le sentier d’accès ne nous offre aucune ombre, donc c’est en plein cagnard que ce fait la marche. En arrivant, on trouve une spéléo aux formes avantageuses qui s’extirpe avec difficultés d’un petit orifice. Elle nous dit avoir abandonné devant l’exiguïté de la suite de l’aven. Nous entrons ; après le P 14, c’est assez étroit mais pas de problème particulier. Après un P12, ça devient plus grand et le concrétionnement apparait. A la base d’un P10, on rencontre un groupe non cafiste qui tourne en rond depuis un moment. Nous descendons la pente équipée d’un corde qui fait suite et, nous aussi, nous allons amorcer une suite de déplacements erratiques qui ne nous conduisent qu’à des culs-de-sac ou le fameux tour de nos infortunés spéléos à la dérive, mais nous font visiter de jolies galeries du gouffre. En fait une MC de 15 m signalée sur la topo n’est pas équipée et à la base du P10, le scotch de balisage est invisible ; de plus, pas de plan, juste une coupe. Nous trouvons la suite et parcourons cette petite cavité assez concrétionnée.

TPST : 2 h.

Grillades le soir à Tautavel.

Vendredi 26 mai :

Traversée aven Tura – aven Laure : participants : JLJ, JPS et GD.

Nous partons tôt, donc les premiers sur la liste, pour effectuer cette traversée. Marche d’approche agréable. Nous entrons par l’aven Tura et dévalons une suite quasi continue de verticales jusqu’à la profondeur de 140 m. Un boyau qui a été agrandi permet d’accéder à des puits remontants qui sont ceux de l’aven Laure, nettement moins esthétiques que ceux du Tura. Sortie par l’aven Laure et nous constatons qu’être matinal est une bonne chose.

TPST : 2 h.

Aven de la Vache : participants : JLJ, JPS et GD.

Nous suivons la piste jusqu’à l’aven de la Vache où, hélas, nous ne sommes pas les seuls. Il y a Jo Lamboglia qui attend depuis un moment. Petite collation. La queue à l’entrée ne bouge pas depuis un bon moment. Je vais voir pour constater qu’une spéléologue s’engage sur la corde du P 27 sans apparemment savoir se servir d’un descendeur. Elle est assistée par un spéléo dont le surnom est « l’Auvergnat » ! Plusieurs autres spéléos équipés attendent. Je retourne discuter avec Jo, GD et JL. Après un temps interminable nous pouvons enfin descendre. P27, galerie, petit puits et, de nouveau, bouchon ! L’Auvergnat et celle qui l’espère deviendra sa dulcinée descendent à une vitesse à l’unité horaire de l’ordre du centimètre. Quand je rejoins la belle, elle engage sa corde dans le descendeur dans le mauvais sens puis réussit après moult cris de douleurs dus aux coincements de doigts à rejoindre son héros. Je rejoins ce couple en voie de formation et, sans scrupule, je brise le charme qui commençait à rapprocher inexorablement ces deux êtres insensibles au bordel qu’ils occasionnaient. Ils remontent et nous apprendrons qu’il a été nécessaire d’aménager un balancier pour sortir la belle de l’antre maudit. Nous continuons la descente qui consiste en de nombreux plans inclinés. A – 150 m, le gouffre présente une bifurcation : deux réseaux mènent à deux fonds. Nous nous engageons dans celui qui débute par un passage nommé : le Cul de la Vache. Jl et moi nous attendions à un passage étroit, glaiseux à souhait et nauséabonds mais, non : ça passe bien, il n’y a pas de boue et si odeur il y a, elle émane de nos corps mis à l’épreuve par une diététique inadéquate. Plus bas, la cavité nous offre quelques paysages souterrains sympas. Nous rattrapons 4 spéléos et ensemble nous parvenons au terminus à – 265 m. Sortie sans autre problème si ce n’est un spéléo qui est apparemment dans le rouge et éprouve du mal à trouver les bons passages.

TPST : 4 h.

Après être passé à Tautavel, nous retournons à notre camping, et, sur la route, nous faillîmes écraser Gollum, le vrai, ou plutôt la vraie, car Gollum n’est pas un hobbit maudit comme tout le monde croit mais une habitante de Tautavel qui répond au doux nom d’Alexandra.

Samedi 27 mai :

Aven Vidal : participants : JLJ, JPS, GD et Ludovic Grandon (LG).

Encore un départ tôt. Marche d’approche de 40 mn par un sentier raide. Le gouffre est en fait un conduit de belles dimensions dont la verticalité est telle que c’est presque un P 200. En 30 minutes nous atteignons le fond à – 190 m et nous nous gardons bien de ne pas nous engager dans le boyau qui mène 5 m plus bas, histoire de ne garder de ce gouffre que le souvenir d’un vaste tube vertical. Il nous faut 40 mn pour ressortir.

TPST : 2 h.

Barrenc du Pla de Perillos ou « Grand Barrenc ». : participants : JLJ, JPS, GD et L G.

Pour finir en beauté ces trois jours, nous visitons le Grand Barrenc, cavité facile et peu profonde. Nous effectuons la traversée en entrant par l’aven des Trois Lundis, qui débouche dans la vaste salle du Grand Barrenc. Nous faisons le tour en admirant les gros massifs de concrétions sèches. Des photographes sont là. Remontée par l’entrée du Grand Barrenc, un P37.

TPST : 1 h.

Le soir, repas qui réunit tous les participants à ce sympathique rassemblement. Et pour nous, 6 cavités en 3 jours.

Dimanche 28 mai :

Retour sur Antibes


22/04 au 7/05/2017

Un mois aux états unis. 5000km entre le névada, l'utah et l'arizona. Bientôt les photos et le compte-rendu.


19/03/2017 canyon sec de bau de mars
Nous arrivons sur le site vers 9h30. Nous sommes quatre : ma femme, Madeleine et deux collègues de travail qui n'ont jamais fait de rappel. La marche d'approche se mérite, ça grimpe sec. Nous profitons de quelques rayons de soleil sur l'approche car dans le canyon exposé plein nord : pas la peine d'espérer le voir. Le début est un peu pourri pour être poli puis s'en suit une belles séries de rappels. Quelques vasques à éviter sauf pour Madeleine qui à la première, finie trempée jusqu'à la taille : l'occasion de tester le séchage rapide de son nouveau pantalon. Nous mettons 5h30 pour rejoindre le canal. L'équipe arrive bien fatiguée à la voiture.


18/03/2017 Aven Abel
Nous nous retrouvons tous les trois , Maurice, Bernard et moi, au col de la lèque pour une énième séance à l'aven abel. Nous descendons rapidement jusqu'au camp (1h) Nous déposons nos baudriers avant de nous enfilés des les quarantièmes gluants : toujours aussi merdique mais plus large. Arrivés au chantier, Maurice et Bernard s'affairent rapidement à déblayer les blocs du dernier tir. Je suis moi, occupé à la construction d'un beau mur pour stocker tout ça. Maurice attaque la suite et commence à percer, d'abord avec un forêt de 50 cm puis celui de 80 cm et pour finir un petit coup de 130 cm .... En tout ce sera 7 trous de 1,3 mètres qui seront remplis puis tirer.
Etant en petite forme (début de fièvre)le froid commence à me gagner et je préfère remonter avant la fin de la séance , bien chargé quand même avec le vieux perfo qui était resté au fond. Mes amis ressortent trois heures après moi.
tpst : 6h pour moi et 9 heures pour mes amis


12/03/2017

Descente du canyon de Gréolières avec Madeleine et Amandine


11/03/2017

Raid Paca sensation -45 km avec Christelle


4 et 5/02/2017

Rassemblement hivernal de canyon à Saint Christophe en Oisans

Nous partons le vendredi soir et dormons à Vizille chez notre ami Olivier des furets jaunes. Samedi matin , départ de bonne heure, la météo n'est pas réjouissante et nous sommes obligés de mettre les chaînes pour finir les 15 derniers kilomètres. Le temps de retrouver nos amis et de nous inscrire, nous partons pour le canyon du diable. Un véhicule du rassemblement, nous emmène au départ de la marche d'approche (très courte). Nous attaquons : engoncés dans nos combinaisons néoprène et crampons au pied. La descente du canyon s’effectue sans difficultés particulière. La plupart des amarrages sont accessibles facilement malgré la glace. On ne s’attarde pas dans les vasques : frais frisquet quand même. Un bon 45 mn de marche retour pour revenir au village.

Un topo sur les dangers de la pratique du canyon hivernale et nous enchaînons sur un super apéro.

Dimanche, il neige beaucoup trop et l'organisation préfère interdire l’accès du canyon de Lanchatra. Nous passons la matinée en atelier bougie de survie et frite réunionnaise avant de reprendre la route bien enneigée. Nous retrouvons la neige à la croix haute et dans le 04 à la clue de Taulanne ou une véritable tempête s'abat sur nous. Nous aurons mis 7heures pour revenir à la maison.


14/01/2017

Tour du pic de l'ours

Le parcours


07/01/2017

Journée dépolluttion à la carrière de la Turbie et formation auto-secours.

90 / 91 / 92 / 94 / 95 / 96 / 97 / 98 / 03 / 04 / 05 / 06 / 07 / 08 / 09 / 10 / 11 / 12 / 13 / 14 /15 / 16